Le département des Deux-Sèvres

Données géographiques

 
 

Le département des Deux-Sèvres, situé au cœur de l'ancien Poitou, est bordé au Nord par le Maine et Loire, à l'Ouest par la Vendée, à l'Est par la Vienne, au Sud-Est par la Charente et au Sud-Ouest par la Charente-Maritime.

Son territoire marqué par une histoire souvent cruelle que jalonnent invasions étrangères, divisions féodales et guerres de religion, connaît à l'époque révolutionnaire un nouveau clivage entre le Sud protestant, ouvert aux idées nouvelles, et le Nord catholique et royaliste.

Ce passé, dont le souvenir est demeuré vivace, imprègne les mentalités et détermine encore le comportement de la population que ce soit dans le domaine religieux ou dans le domaine politique. Création artificielle de la Révolution, sous le nom provisoire de "département intermédiaire du Poitou", les Deux-Sèvres ont su progressivement réaliser leur unité et en ont apporté la preuve lors de l'Occupation, après l'invasion de 1940.

Long  de 125 kilomètres, large de 45 à 70 kilomètres, le département, d'aspect rectangulaire, couvre une superficie de 605 434 hectares.

Jouissant d'un climat tempéré doux et humide, sous l'influence de l'Océan Atlantique qui n'est distant que de 60 km et d'un relief très faible culminant à 272 mètres au "Terrier du Fouilloux", il est sillonné de cours d'eau nombreux, de faible débit et de régime relativement régulier.

Quatre régions naturelles composent les Deux-Sèvres :

  • le Bocage au Nord-Ouest, autrefois couvert de bois et de landes, aux champs entourés de haies vives épaisses parmi lesquelles prolifèrent les arbres fruitiers. L'habitat y est dispersé. Fermes et hameaux sont isolés, construits près des points d'eau. De cet isolement et des souvenirs d'un passé qui fut très tourmenté, la population garde un esprit très particulariste et conservateur.
  • la Gâtine au centre ressemble beaucoup au bocage. Elle a néanmoins un aspect plus aéré, le pré y est la formation dominante.
  • les Plaines dont l'habitat est regroupé en gros bourgs et où prédominent les petites propriétés. Toutefois existent des particularismes liés aux pôles d'attraction que constituent : le Saumurois  pour la plaine  de Thouars, située  au Nord-Est  du  département. Ses  coteaux  sont  plantés de vignes et ses maisons blanches construites en tuffeaux comme en Anjou et en Touraine et  l'Angoumois pour les plaines de Niort et de Melle situées au sud du département.
  • le Marais Poitevin au Sud-Ouest, ancien golfe des Pictons, était autrefois inondé par la mer. Il fut l'objet de travaux d'assainissement entamés au XIIème siècle par les "5 abbayes" et poursuivis au XVIème siècle par les ingénieurs hollandais qui, par d'importants travaux hydrauliques, permirent la mise en culture de cette région.

 Arrondissement de Niort

Représentant presque toute la moitié sud du département des Deux-Sèvres, l'arrondissement de Niort forme un parallélogramme limité au nord par l'arrondissement de Parthenay, à l'ouest par la Vendée, au sud par la Charente-Maritime et la Charente, à l'est par la Vienne.

Il couvre 283 823 hectares où l'on peut distinguer cinq régions naturelles :

  • Le Sud de la Gâtine, à la limite de l'arrondissement de Parthenay, terrain argileux et granitique coupé d'innombrables haies, surtout consacré à l'élevage.
  • L'Entre Plaine et Gâtine, qui, de Coulonges-sur-l'Autize à Saint-Maixent-l'Ecole, ceinture le département dans sa largeur la plus étroite : 50 km. Cette bande géographique comprend des terres variées mais surtout argileuses, peu profondes mais assez fertiles.
  • Le Marais Poitevin, à l'ouest de Niort, région extra plate, formée de terres profondes, humides et parfois tourbeuses, consacré aux cultures légumières (haricots), à l'élevage (lait) et aux peupleraies.
  • Les Plaines du Sud, région la plus étendue qui couvre, du nord de Niort à Chef-Boutonne, puis de La Mothe-Saint-Héray à Sauzé-Vaussais, plus de la moitié de l'arrondissement. Ces vastes surfaces peu accidentées offrent des terres assez faciles à cultiver, mais aussi sensibles à l'humidité de l'hiver qu'à la sécheresse de l'été. Peu d'arbres en général, mais quelques massifs forestiers, surtout en bordure de la Charente-Maritime; région à vocation céréalière et productrice de lait grâce aux cultures de fourrages artificiels.
  • Le Plateau Mellois, qui sépare comme une étrave les deux grands ensembles formés par les plaines du sud, composé de terres argilo-silicieuses profondes, résistant à l'humidité et à la sécheresse. De nombreuses rivières, dont la Sèvre Niortaise, y prennent leur source

Arrondissement de Bressuire

L’arrondissement de Bressuire, situé au Nord du département des Deux-Sèvres, est un territoire proche de deux régions (région des Pays de la Loire et la région Centre) et de trois départements (Vienne, Maine et Loire et Vendée). Cette localisation est en soi une particularité qui trouve bien des résonances sur les plans de l’architecture et des paysages.

L’histoire de l’arrondissement, sur sa partie Ouest a notamment été marquée par la « Vendée militaire ». Quant aux paysages rencontrés, ils se caractérisent par le Bocage à l’Ouest et la présence de vallées drainées par de nombreuses rivières qui composent le bassin du Thouet (affluent de la Loire) à l’Est.

La diversité de substrat géologique, socle granitique à l’Ouest, calcaire et marnes du jurassique et du crétacé à l’Est, ainsi que la présence d’un réseau hydrographique important dominé par le Thouet et l’Argenton expliquent la richesse des milieux naturels de l’arrondissement.

Arrondissement de Parthenay

Situé sensiblement au centre du département, entre l'arrondissement chef-lieu et celui de Bressuire, l'arrondissement de Parthenay est, du point de vue géologique, divisé en trois régions :

  • La Gâtine, dont la capitale est Parthenay, pays d'élevage essentiellement et, de façon accessoire, de polyculture, généreusement arrosée par de nombreux cours d'eau dont le principal, le Thouet, traverse tout l'arrondissement. Cette région argileuse et granitique se caractérise par un paysage très cloisonné coupé en tous sens de hautes et épaisses haies qui enferment champs et villages.
  • Une partie du Bocage limite l'arrondissement à l'ouest, sur la frontière de la Vendée, région plus sèche, formée de langues granitiques et calcaires alternées. Les haies, bien qu'encore nombreuses, forment un réseau moins dense que dans la Gâtine. Paysage mamelonné, on y découvre çà et là de pittoresques panoramas. C'est un pays de cultures fourragères et d'élevage.
  • Le Thouarsais enfin, plaine calcaire et sèche, intéresse l'extrême nord de l'arrondissement. On passe avec elle, et sans transition, des épaisses haies de Gâtine et des typiques paysages granitiques à la plaine largement ouverte où dominent les cultures céréalières et même quelques vignobles.