Actualités

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre

 
 
 Journée internationale  de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre

En 2018, le Premier ministre et la
Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes
et les hommes ont donné la priorité à la lutte contre
les violences sexistes et sexuelles

Dans une résolution du 17 décembre 1999, l’assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONUOrganisation des Nations unies) a proclamé le 25 novembre journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes. Ainsi, l’ONUOrganisation des Nations unies invite les gouvernements, les organismes internationaux et organisations non gouvernementales à organiser des actions pour sensibiliser l’opinion au problème des violences faites aux femmes.

Après l’adoption le 1er août 2018 du projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles qui crée notamment une contravention d’outrage sexiste, la nouvelle campagne gouvernementale pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, « réagir peut tout changer », fait le choix de s’adresser aux témoins qui peuvent jouer un rôle capital.

C’est également le thème central des actions organisées autour du 25 novembre en Deux-Sèvres construites par la déléguée aux droits des femmes et à l’égalité en partenariat avec la ville de Niort, Niort Agglo, Tanlib, Unis-cités et l’association « Impulsions Femme ».

Les actions prévues, sur le Niortais, autour de cette journée internationale, sont :

- Du 16 au 30 novembre : campagne de communication, en partenariat avec Transdev, délégataire transport de la CAN, dans les 50 autobus du réseau urbain.

Cette exposition photographique, intitulée « Un regard ne suffit pas, Témoins, Agissez ! », est centrée sur la place du témoin face à une situation de harcèlement de rue. Elle a été réalisée par les associations Stop Harcèlement de rue Bordeaux et Hé Mademoizelle qui l’ont mise à disposition de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des Deux-Sèvres.

Capture_bus
Capture_bus2

- Du 14 novembre au 5 décembre : affichage sur les abris bus d’une affiche issue de l’exposition citée ci-dessus. Action relayée par 16 bénévoles d’Unis-cité qui interrogeront les passantes et les passagères des transports en commun (questionnaire d’environ 5 mn) les 21, 22, 27 et 28 novembre.

- Lundi 26 novembre de 18h00 à 20h00 – salon d’honneur de l’Hôtel de ville : Conférence « Espace public et violences sexistes » par la sociologue Johanna Dagorn (Université de Bordeaux), spécialiste du harcèlement sexiste et sexuel dans l’espace public et dans les transports, qui abordera le harcèlement sexiste que vivent les femmes. Johanna Dagorn s’appuie sur des enquêtes et analyses menées entre 2015 et 2018 autour de Bordeaux et sa métropole, Limoges, Angoulême et Grand Poitiers. Elle dressera un état des lieux des violences sexistes et sexuelles dans l'espace public, puis apportera une analyse et des pistes de réflexion concernant les victimes, les auteurs, et surtout les témoins, qui pour plus de 85% n’agissent pas.

En complément de ces différentes actions, l’association « Impulsions femmes », partenaire de l’opération, propose une journée d’interventions culturelles dans l’espace public le samedi 24 novembre : spectacle « silence on harcèle », brigade culturelle, rencontre avec les acteurs du territoire luttant contre les violences faites aux femmes.

Statistiques nationales

Proportion de femmes âgées de 20 à 69 ans ayant subit des violences dans l’espace public au cours des 12 derniers mois (enquête VIRAGE, INED 2015) :

* 25 % des femmes âgées de 20 à 69 ans déclare avoir subi au moins une forme de violence dans l’espace public au cours des 12 derniers mois, soit environ 5 millions de femmes chaque année;

* Insultes : 800 000 victimes sur un an;

* Drague importune : 3 millions de victimes sur un an;

* Harcèlement et atteintes sexuels : 1 million de femmes sur un an ;

* Violences sexuelles : 15000 femmes sur un an ;

* 89 % des témoins n’interviennent pas pour diverses raisons.